02 avr

Voip : opérateurs téléphoniques marocains en croisade

whatsapp viber skype

Les trois opérateurs de réseau mobile marocains, Maroc Télécom, Inwi et Méditel, ont décidé d’interdire les services VOIP prétextant un problème légal. Une interdiction sans préavis, synonyme de retour en arrière pour les consommateurs et les libertés individuelles.

Depuis quelques mois au Maroc pour niquer des beurettes le travail, j’ai pris l’habitude d’utiliser skype pour contacter mes proches restés en France. Un petit appel de temps en temps, juste pour leur signaler que suis toujours en vie. Chose impossible depuis le début d’année. En effet, les trois opérateurs téléphoniques locaux, à savoir Maroc Télécom, Méditel et Inwi ont décidé d’un commun un accord (qui sent bon l’entente illicite) de bloquer les applications gratuites de communication par Internet (Skype, Whatsapp, Viber, Messenger). Là, comme ça, brutalement, sans avertissement, en loucedé.  La fatwa téléphonique s’applique uniquement aux appels, les autres services (envoi de SMS instantané, de messages vocaux, le partage photo et  vidéo) sont épargnés.

Le prétexte des licences

L’agence nationale de régulation des télécommunications du Maroc a validé cette suspension. L’argument mis en avant par l’ANRT et les opérateurs est que « les appels gratuits par Internet ne répondent pas au cadre légal requis. » Un argument un peu léger et qui fleure bon la grosse quenelle dans les petites miches rebondies des consommateurs marocains.

Mais personne n’est dupe. Les appels  VoIP, les opérateurs télécoms les dénoncent depuis déjà plusieurs mois. Et jamais avant de les interdire, ils n’avaient mentionné un quelconque problème législatif. Ils pleurnichaient à chaudes larmes de crocodile sur leur manque à gagner. Imaginez le scandale: ces pauvres entreprises sont vilement privées d’une partie de leurs bénéfices par d’horribles Marocains avides et trop proches de leurs sous. Quel malheur pour Maroc Télécom, de n’être que la 4e entreprise du Maroc avec un chiffre d’affaires de 29 milliards et 144 millions de dirhams (environ 2.7 milliards d’euros). Quelle ignominie pour Meditel, 12e entreprise au Maroc avec un chiffre d’affaires risible de 5.7 milliards de dirhams (560 millions d’euros).  Des entreprises en danger, sabordées par ces pirates Marocains.
Quand 5 millions (au bas mot) de personnes vivent avec moins de 20 dirhams (2 dollars) par jour et près de 12 millions de Marocains sont pauvres, c’est vrai qu’il est choquant de voir les opérateurs télécoms ainsi attaqués sur leurs bénéfices. IN-TO-LE-RABLE !

Les applications de VoIP peuvent aider un consommateur africain de mobile à réaliser une économie de 40% à 99% sur le coût d’utilisation d’un service de télécommunication traditionnel.*

*étude du cabinet Xalam Analytics

Les VoIP interdits, comme en Corée du Nord  et en Syrie

A travers l’Afrique, plusieurs opérateurs comme Maroc Télécom, Méditel et Inwi ont déjà tenté à plusieurs reprises de bloquer complètement l’accès à Viber, Skype et WhatsApp qu’ils accusent de rogner sérieusement leurs revenus alors qu’ils n’investissent ni dans l’infrastructure, ni dans l’extension du réseau.

Avec cette interdiction, le Maroc rejoint la glorieuse liste des pays interdisant le VoIP, avec la Chine, la Libye, la Corée du Nord, la Syrie, ou encore Oman, le Pakistan, l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis… A coup sûr une fierté pour tous les Marocains d’être associés à des pays aussi prestigieux et en pointe au niveau des libertés individuelles. Un beau coup de pub, dont seul le royaume à le secret. On parle en effet d’un pays qui a réussi à transformer Much Loved en film à succès et Loubna Abidar en martyr et actrice talentueuse (on salue la performance).

censure voip

On remarquera qu’au sein des pays (considérés) développés aucun n’a jusqu’à présent décidé de bloquer les  services VoIP. Seul le Brésil l’a essayé, mais face à la grogne populaire, l’interdiction a  rapidement été levée. Le Maroc, qui s’affiche comme tourné vers la modernité et en marche vers le progrès  donne un signal très négatif en permettant cette interdiction. Les opérateurs quant à eux font preuve d’une rapacité rare et d’un manque total de remise en question. Une position permise par leur situation monopolistique/oligopolistique sur ce juteux marché. Plutôt que freiner des quatre fers devant un progrès technologique,  ils devraient accompagner ces changements. Adapter leur offre aux nouveaux modes de consommation. Se réinventer pour maintenir leur précieux chiffre d’affaires. Innover pour compenser le manque à gagner. Malheureusement, victimes de leur vision court-termiste, leur cupidité et leur volonté de contrôle absolu, Maroc Télécom, Inwi et Meditel laissent passer le train du progrès technologique. Consternant.

 

Dans les pays développés, on n’interdit pas ce genre d’appels, par contre les opérateurs téléphoniques essayent de travailler afin d’inventer de nouveaux services qui vont venir enrichir par la suite leur chiffre d’affaires.

Rachid Jenkari, marocain expert en télécommunication

 

ANRT: Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Face à tant de bêtise crasse, terminons sur une note d’humour. En mars dernier, soit quelques mois après avoir validé l’interdiction des services VoIP, l’ANRT, le gendarme des télécoms au Maroc, organisait à Marrakech, la 55ème réunion publique de la Société pour l’attribution des noms de domaines sur Internet (ICANN). Un événement dont on a clairement rien à foutre, mais qui nous a apporté une succulente anecdote. En effet, avec des conférenciers et participants à l’étranger, l’ANRT, pour ses conférences, a utilisé… Skype. Deux poids deux mesures? La paille et la poutre ? En tout cas une preuve de plus d’hypocrisie et de manque de respect face aux Marocains privés de ces services.

Evidemment, les Marocains, débrouillards comme toujours, ont trouvé des solutions pour contourner l’interdiction. Mais tout de même, le Maroc et ses habitants méritent mieux que ce genre d’interdiction rétrograde et liberticide.

Dans la même catégorie

L’idiot du village est devenu idiot du monde Au premier abord le voyageur du monde fait rêver. Il vit entre plusieurs pays, parlent plusieurs langues et narre à table ses récits avec vie. Une poudre aux yeux qui cache une réalité tout autre : ce voyageur n'est qu'un parfait branleur. Rie...
J’ai participé à une cérémonie du cacao sacré En lisant la description de l'événement, je me suis vraiment demandé où j'allais atterrir. Si j'allais finir sacrifier sur un autel ou au milieu d'un gang bang shamanique. Ici nous avons l'opportunité de trouver notre propre vérité, de nous conn...
Contravention de l’usage du cannabis : une demi-mesure Le gouvernement a annoncé dans un projet de loi que l'usage du cannabis serait bientôt puni d'une simple contravention. Un pas en avant louable bien que pudibond. Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré le 24 mai vouloir mettre e...

Morel Le Rogue

Explorateur des bas-fonds des internets, des bars louches et des milieux interlopes. Contempteur de l'infinie bêtise humaine, je traque la mesquinerie et la médiocrité. J'écris donc principalement sur la #politique, mais aussi la #culture et la #société, pour déverser ma bile avec morgue.

Laisse ton commentaire ici