04 avr

La résilience de Groland

bienvenu au groland

Notre réaction face aux attentats consiste à pleurer les morts devant BFM TV, boire une bière en terrasse, fumer un joint avec ses potes. Ne jamais se demander qui sont les responsables, faire des câlins, appeler à l’amour, marcher contre le racisme, insulter son voisin d’islamophobe et changer sa photo de profil Facebook.

Le 7 Janvier 2015, des bougnoules entrèrent par effraction dans la salle de rédaction du journal satirique Charlie Hebdo pour transformer le corps de nos frères dessinateurs en morceaux de gruyère bien troués. Si je dis nos frères ce n’est pas parce que nous les aimions et pour tout vous dire je ne les aimais pas particulièrement, mais ils étaient nos frères parce qu’ils étaient des nôtres. A titre personnel, je détestais (et je déteste toujours) ce journal de merde avec lequel je n’ose même pas me torcher le cul et je n’ai jamais considéré qu’il s’agissasse d’une attaque contre la liberté d’expression, mais plutôt d’un attentat contre la France, et disons le clairement, d’un attentat contre la vie.

Le chant des rossignols socialistes et la haute classe républicaine s’insurgea immédiatement contre l’affront, on les entendit dès lors piailler comme des pigeons déplumés que tout cela était ignoble, affreux, choquant, que la France était touchée dans ce qu’elle avait de plus beau à offrir et que Marine Lepen était une sale pute. Liberté bafouée, vies enlevées, litres de sang dispersés sur le sol de la capitale et pour toute réplique une marche forcée où tyrans et technocrates se tinrent la main en serrant très fort les fesses dans l’espoir que personne ne vienne y glisser un doigt. C’est ainsi que l’on pu voir le petit Nicolas au sommet de sa forme, remontant à toute hâte le fil de cette non manifestation d’hommes d’états afin d’être certain de figurer sur un maximum de tabloïds. Des civils meurent certes, en plein centre de Paris qui plus est, mais la préparation d’une campagne passe avant la décence. N’est-ce pas ?

#JeSuisCharlie ®

Vinrent ensuite les slogans, les hashtags et les tentatives de marques déposées JeSuisCharlie, parce que « bizeness is bizeness » comme le répète souvent Aurélie des Marseillais et que le fric passe avant l’honneur. L’on attendra pas longtemps qu’un rescapé de l’hypercasher publie son témoignage édulcoré aux éditions de mes couilles, 35 euros à la FNAC, précommandable dans la limite des stocks disponibles avec des passages bien sanglants pour faire pleurer Martine et Jean-Pascale. Pour le respect des victimes on attendra la prochaine saison.

3 suisses charlie

Des concerts, des marches, des étudiants en socio qui jouent du tamtam dans la rue en appelant à ne pas faire d’amalgame et pendant ce temps les cellules continuent de se déployer. Le gouvernement propose une loi timide ou hors de propos, liberticide ou désuète, peut être, inapplicable, sûrement inutile, et probablement tout à la fois. Les députés s’insurgent, les plus coriaces passeront sur France 2 pour couiner ou taper du poing sur la table. Léa Salamé crie, Hanouna se déguise en moustique et Chronic2Bass fait une vidéo. 6 mois plus tard rien n’est fait, il faudra attendre Novembre pour la prochaine salve dans l’hexagone.

Une logorrhée Républicaine en réponse aux attentats

130 morts et 4 fois plus de blessés, des moyens toujours inadéquats malgré les promesses de François et pendant ce temps les gens crèvent. Les russes n’ont pas attendu d’en arriver là pour trucider les djihadistes, et puisqu’après tout Al Nostra fait du bon boulot peut être vaut-il mieux laisser les autres s’entretuer en Syrie quitte à prendre le risque que quelques élécteurspardoncitoyens français se fassent niquer leur mère en plein concert. De toute manière Manu et François ne craignent rien eux au sommet de leur tour d’Ivoire, l’on aurait d’ailleurs espéré que la hauteur puisse leur donner un semblant de vision mais il semble que là-haut le brouillard soit plus intense.

Le temps de nettoyer le sang sur le sol du Bataclan et de souffler pour éparpiller l’odeur de la poudre et du plasma, nos déconstructeurs de logiques préparent la nouvelle logorrhée républicaine. Il ne faut surtout pas faire d’amalgame, les amalgames sont plus graves que les morts. Il faut répondre au terrorisme avec plus de service public et sachez bien que le jeune qui se radicalise c’est un jeune qui n’a pas pu signer de CDI à Auchan. Dans la classe politique, personne ou presque ne s’occupera de penser la question de la rhétorique islamiste. Radicalisation de l’islamisme ou islamisation de la radicalisation ? Tout le monde s’en branle, laissons les intellectuels penser pendant que le peuple crève et occupons nous plutôt de faire semblant de voter une loi inutile sur la déchéance de nationalité.

Résilience à la Homer Simpson

résilience homer simpson

La résilience à la Homer Simpson consiste donc à pleurer les morts devant BFM Tv, ouvrir une bière en terrasse, fumer un joint avec ses potes. Ne jamais se demander qui sont les responsables, faire des câlins, appeler à l’amour, marcher contre le racisme, insulter son voisin d’islamophobe et changer sa photo de profil pendant 7 jours parce qu’après faudra remettre celle ou j’étais trop belle en soirée tu te rappelles cette nuit avec Jean-Jacques mdr tmtc. Nos dirigeants Grolandais sont bien trop heureux de nous imposer un concert de Johnny payé par le contribuable pendant que les criminels courent toujours, on nous assure que le job est fait et qu’il n’y a pas de Molenbeek français mais qui sont ces élus qui osent dire cela sans avoir jamais foutu un pied à Trappes ou à Roubaix ? Sûrement pas ceux qui se feront flinguer lors de la prochaine attaque.

Le 22 Mars 2016 ce sera le tour des Belges. Extension du domaine de la lutte djihadiste en territoire Grolandais européen avec des bombes scotchées sur le ventre de 3 Mamadou SEGPA. Encore une fois ce sont les civils qui trinquent, « les services belges sont incompétents » et les « autorités naïves », c’est vrai qu’ici en France on serait presque aveuglé par la lucidité dont ont fait preuve nos élites.. Pas le temps de faire le deuil, pas de temps pour le repos. Walter annonce la couleur:

walter victime consentante

et notre chef de la diplomatie européenne chiale en direct.

chef de la diplomatie europeenne pleure

Réel aveu de faiblesse ou posture politique ? Peu importe en fait car le message reste le même. Nous sommes des fiottes et l’Europe est bel et bien le ventre mou de l’Occident. Plutôt que de sortir les kalash et les gilets pare-balles les élites qui nous gouvernent craquent leur slip comme des pucelles avant une partouses congolaises, pleurent comme des pétasses à la télé, écrivent des livres et changent la Tour Eiffel de couleur. Leur incapacité à agir n’a d’égal que leur manque de réflexion, hagards et hébétés comme un trisomique qui rate une marche, nous les voyons tomber chaque jour plus bas. Plutôt que de se relever pour se battre, ces fils de putes inconditionnels préfèrent ramper comme des cloportes en nous faisant croire qu’ils cherchent de l’or dans la pelouse. Les babtous liquides sont aux abois, personne ne saurait les détrôner de leur régime chips et citoyenneté vegan et ce n’est sûrement pas le terrorisme qui les empêchera d’aller voir le match Lorient-Saint Etienne. La lutte s’organise autour des vestiges d’une civilisation qui ne connaît plus la guerre certes mais a perdu l’esprit de l’épée et son instinct de survie. Se laisser mourir au nom de l’amour et de la compassion semble être devenu la nouvelle doctrine du lecteur de Libération, et quant à celui qui osera monter le ton soyez sûrs que les antifas s’occuperont de le punir d’une intifada validée par le camp des saints.

L’incapacité politique et sémantique à nommer l’ennemi clairement les empêche de le combattre. On ne lutte pas contre des déséquilibrés, on ne lutte pas contre du vent, l’ennemi porte un nom et c’est l’islamisme radical. L’ennemi a un visage et c’est celui d’Al Bagdhadi, de Salah Abdeslam, le visage du Prince héritier d’Arabie Saoudite mais aussi la mine de serpent déconfit et faussement souriant de Tarik Ramadan. L’ennemi existe et plutôt que de lui ouvrir les bras en lui disant merci pour la sodomie il serait peut-être temps aujourd’hui de lui mettre une balayette et de lui pisser dans la bouche.

Dans la même catégorie

L’idiot du village est devenu idiot du monde Au premier abord le voyageur du monde fait rêver. Il vit entre plusieurs pays, parlent plusieurs langues et narre à table ses récits avec vie. Une poudre aux yeux qui cache une réalité tout autre : ce voyageur n'est qu'un parfait branleur. Rie...
J’ai participé à une cérémonie du cacao sacré En lisant la description de l'événement, je me suis vraiment demandé où j'allais atterrir. Si j'allais finir sacrifier sur un autel ou au milieu d'un gang bang shamanique. Ici nous avons l'opportunité de trouver notre propre vérité, de nous conn...
Contravention de l’usage du cannabis : une demi-mesure Le gouvernement a annoncé dans un projet de loi que l'usage du cannabis serait bientôt puni d'une simple contravention. Un pas en avant louable bien que pudibond. Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré le 24 mai vouloir mettre e...

Laisse ton commentaire ici