29 nov

Avoir des préjugés, preuve d’intelligence et d’imbécilité

Préjugés, intelligence et imbécilité

Des recherches avaient démontré il y a longtemps déjà que les personnes ayant des capacités cognitives faibles sont plus propices à vivre avec des préjugés. Une étude récente vient contrebalancer ce mythe : les bas-de-plafond n’ont pas l’exclusivité des préjugés…

Les psychologues Mark Brandt et Jarret Crawford ont analysé près de 6 000 Américains dans le cadre d’une expérience intitulée Répondre aux questions non-résolues sur la relation entre la capacité cognitive et les préjugés. Leurs résultats montrent que les préjugés touchent les deux extrémités du spectre de l’intelligence. En clair, les préjugés peuvent être signe d’intelligence ou de profonde imbécilité.

Dans leur étude publiée en juillet 2016 les deux psychologues mesurent la quantité de préjugés présents dans les groupes à capacité cognitive supérieure (les intelligents) et à capacité cognitive inférieure (les crétins). En écartant tout jugement de valeur sur la justification du préjugé. Pour classer les individus dans la catégorie adéquate ils utilisent un test de mots qui est corrélé au quotient intellectuel de l’individu.

Les premiers résultats confortent les constatations antérieures selon lesquelles les personnes à faible capacité cognitive ont tendance à avoir des préjugés à l’encontre de groupes non-conventionnels ou libéraux, ainsi qu’envers des groupes ayant un « faible choix » de leur condition : préjugés liés à une race, un sexe, une orientation sexuelle…

La suite des résultats est plus novateur. Les chercheurs notent un inversement de cette tendance chez les personnes ayant des capacités cognitives élevées. Les sujets les plus intelligents ont également des préjugés mais ceux-ci s’orientent vers les groupes considérés comme conventionnels ou conservateurs. Perçus comme des individus engagés librement dans leur décision.

« Les gens n’aiment pas les gens qui sont différents d’eux »

Les psychologues Brandt et Crawford avancent que « dénigrer ceux qui ont des visions différentes du monde aide les gens à maintenir la validité de leur propre vision du monde ». En d’autres termes, votre vision du monde vous influence et vous amène à penser que les autres visions sont fausses.

Dis-moi qui tu détestes, je te dirai qui tu es…

L’étude révèle que les personnes à faibles capacités cognitives ont des préjugés contre des groupes dont les membres n’ont pas choisi de faire partie, comme les groupes ethniques ou les groupes LGBT. L’actualité américaine donnaient au moment de l’étude d’autres exemples similaires, comme les mouvements conservateurs contre les personnes transgenres, les musulmans américains et la brutalité policière.

Les personnes moins capables cognitivement tendent à essentialiser et à poser des limites claires pour distinguer les groupes. Ces limites aident à se démarquer du groupe adverse et ainsi à ne pas le considérer comme une menace.

Le mur de Donald Trump

Le projet de Donald Trump de construire un mur entre le Mexique et les États-Unis sert d’étude de cas dans une étude similaire. Il formalise une limite claire qui transforme la frontière mentale en frontière réelle. Les conservateurs qui soutiennent ce plan suivent une logique de préjugés envers un groupe à faible choix : les Mexicains (qui n’ont pas choisi de naître Mexicains).

A l’inverse, les personnes ayant des aptitudes cognitives élevés expriment des préjugés contre les groupes disposant d’une liberté de choix, comme les conservateurs (qui ont choisi de devenir conservateur). Le plus insupportable pour eux réside dans la confrontation avec des individus qui devraient être capables de changer d’avis.

Dans la même catégorie

L’idiot du village est devenu idiot du monde Au premier abord le voyageur du monde fait rêver. Il vit entre plusieurs pays, parlent plusieurs langues et narre à table ses récits avec vie. Une poudre aux yeux qui cache une réalité tout autre : ce voyageur n'est qu'un parfait branleur. Rie...
J’ai participé à une cérémonie du cacao sacré En lisant la description de l'événement, je me suis vraiment demandé où j'allais atterrir. Si j'allais finir sacrifier sur un autel ou au milieu d'un gang bang shamanique. Ici nous avons l'opportunité de trouver notre propre vérité, de nous conn...
Contravention de l’usage du cannabis : une demi-mesure Le gouvernement a annoncé dans un projet de loi que l'usage du cannabis serait bientôt puni d'une simple contravention. Un pas en avant louable bien que pudibond. Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré le 24 mai vouloir mettre e...

Laisse ton commentaire ici