18 juin

Primaires Les Républicains: le bal des horreurs (vol. 1)

les candidats à la primaire les républicains

Chaque semaine, un nouveau candidat à la primaire Les Républicains se déclare. Bien sûr, la plupart n’ont aucune chance et viennent juste chercher un peu d’attention médiatique qu’ils n’arrivent pas à obtenir autrement. Les Outsiders comme les favoris n’inspirent pas la confiance, entre les repris de justice,  les escrocs, l’absence d’idée et de charisme. Nous vous proposons un état des lieux rapide, pour confirmer votre pressentiment: il n’y a rien à espérer de ces primaires LR. Aujourd’hui au programme: Copé, Juppé, Lefebvre.

Jean-François Copé

Jean-François Copé a toujours eu de l’humour, notamment lorsqu’il annonçait aux invités de son mariage: « Vous avez de la chance, vous venez d’assister au mariage du futur président. » (anecdote est rapportée par Libération). Ou encore en publiant en 2006 un essai inoubliable: Promis, j’arrête la langue de bois. En bon cumulard, il a le don d’ubiquité, puisqu’au meilleur de sa forme (entre 2007 et  2010), il cumulait les casquettes de président de l’UMP, maire de Meaux et député de Seine-et-Marne. En plus de son activité d’avocat d’affaires au sein du cabinet Gide Loyrette Nouel ( 2 jours par semaine pour 20 000€ par mois). JFC  cumule également les casseroles:

  • impliqué dans l’affaire Bygmalion ( la société Bygmalion, proche de Copé, avait mis en place un système de surfacturation lors de la campagne présidentielle de 2012 de Sarkozy)
  • Ami avec Ziad Takieddine, le sulfureux businessman Franco-Libanais, qu’il aurait aidé à régler ses litiges avec le fisc, en échange de menus services et de vacances tout frais payé.
  • Il était président de l’UMP et organisateur des élections à la présidence du parti de 2012, marquées par la lutte fraticide Copé – Fillon et par des « bourrages d’urne » et des « fraudes importantes » comme il l’avait lui-même reconnu.

 

Alain Juppé

Certains osent présenter Alain Juppé comme le renouveau de la droite. Rappelons qu’on parle d’un homme de bientôt 71 ans (qui en aurait donc 77 ans à la fin de son mandat), dans l’arène politique depuis le milieu des années 70. Un senior à coup sûr dynamique et proche des jeunes comme en atteste sa maîtrise du beer-pong:

 

Le maire de Bordeaux et favori actuel des sondages a été condamné Alain Juppé à dix-huit mois de prison avec sursis, assortis d’une peine d’inéligibilité de cinq ans en 2004 pour l »affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris (Juppé est reconnu coupable d’avoir employé, pour son parti, sept permanents censés travailler à la ville de Paris. En droit, cela porte un nom: prise illégale d’intérêt). Pas mal comme modèle de probité.

Premier ministre pour la 1ere fois en 1995, il se fait remarqué en nommant un gouvernement intégrant de nombreuses femmes (12/43 un score conséquent à l’époque).  Une expérience qui durera à peine 6 mois, « les jupettes »disparaissant après un remaniement ministériel qui donnera l’image de machiste à Alain J. En tant que premier ministre, il a ouvert la voie à Manuel Valls en terme d’impopularité: un mois après son entrée en fonction, par l’affaire de son appartement et de celui de son fils Laurent, sa cote dans les sondages passe de 63 % en juin et juillet à 57 % en août, puis descend à 40 % en octobre et à 37 % en novembre.Une popularité qu’il achèvera avec son « plan Juppé » de réforme des retraites, qui fait descendre 2 millions de personnes dans la rue. Une mouvement populaire auquel il se soumettra docilement, retirant sa réforme.

On attend de le voir à la tête du pays: il va changer les choses, aucun doute là-dessus.

Frédéric Lefebvre

Frédo n’a pas toujours été un homme politique. Il était d’abord lobbyiste, co-fondateur du cabinet Pic Conseil. Devenu Domaines Publics, le cabinet annonce parmi ses « domaines d’intervention » l’artisanat, le tourisme ou l’hôtellerie.Et hasard de la politique il est devenu sous le gouvernement Fillon secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des PME, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation. Un mélange des genres de bon ton pour l’exemplarité politique et qui ne sent pas du tout le conflit d’intérêt. Le mélange lobbyiste – politique est un classique aux USA ou au sein de la commission Européenne, on restait encore tatillon sur le sujet en France. Mais ça, c’était avant…

Frédéric L. s’est distingué par son érudition il y a quelques années, confondant Zadig et Voltaire (la marque)  avec Zadig ou la Destinée un conte philosophique de Voltaire. Consternant. La vidéo ci-dessous:

 

La suite au prochain épisode.

Dans la même catégorie

Abstention aux législatives : le paravent de l’échec Au lendemain du premier tour des élections législatives, les hommes et commentateurs politiques se focalisent autant sur l'abstention que sur les résultats du vote. L'abstention devient le paravent de l'échec cuisant des partis traditionnels et ser...
Contravention de l’usage du cannabis : une demi-mesure Le gouvernement a annoncé dans un projet de loi que l'usage du cannabis serait bientôt puni d'une simple contravention. Un pas en avant louable bien que pudibond. Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré le 24 mai vouloir mettre e...
Fillon : Pénélope Gate, les privilèges des parlementaires Impossible d'être passé à côté de l'affaire Pénélope Fillon en ce début d'année électorale. Abus impardonnable et détournement d'argent public pour certains, assassinat politique pour d'autres, la Pénélope Gate doit nous pousser encore une fois à n...

Morel Le Rogue

Explorateur des bas-fonds des internets, des bars louches et des milieux interlopes. Contempteur de l'infinie bêtise humaine, je traque la mesquinerie et la médiocrité. J'écris donc principalement sur la #politique, mais aussi la #culture et la #société, pour déverser ma bile avec morgue.

Laisse ton commentaire ici