31 jan

Foie gras: Haro sur le gavage des oies

le foie gras: Gavage des oies VS Gavage mammaire

Oies gavées au maïs VS Dinde gavée au silicone

Le foie gras est une tradition millénaire, un héritage précieux et délicieux. Comme chaque année la période de Noël est l’occasion pour certains pisse-vinaigres (nos chers écologistes et autres amis des bêtes) de réclamer à grand renfort de jérémiades,  son interdiction.  Ce coup de projecteur sur le gavage des oies et canards a cette fois-ci dépassé le 31 décembre.  Le débat revient dans l’actualité pour venir nous culpabiliser et nous les briser menues en plein janvier à l’occasion de la venue de Pamela Anderson à l’assemblée nationale.

Pamela Anderson, ex-star d’Alerte à Malibu, est donc venue face à l’assemblée pour  soutenir la proposition de loi de Laurence Abeille, députée écologiste du Val-de-Marne. L’invitée de la fondation Brigitte Bardot (mais oui, cette chère BB qui préfère les animaux aux arabes) est venue faire un plaidoyer plein de bon sens et d’arguments d’autorité. Un discours fort dans lequel elle « demande aux députés français d’abolir le gavage (…) Le foie gras n’est pas un produit sain et n’a pas sa place dans une société civilisée (…) Ces canards n’ont jamais eu un jour heureux», qu’on pourrait résumer ainsi : le gavage c’est pas bien, les pauvres oies elles  souffrent et sont malheureuses. On peut légitimement s’interroger sur la notion assez floue du bonheur des oies, ces dernières ayant refusé de s’exprimer sur le sujet et  partager leur ressenti quant au gavage ou leurs conditions de vie.

Mais tout de même, la prestigieuse invitée a fait le buzz, et ramené une foule rarement vue à l’assemblée, parmi les parlementaires, mais encore plus chez les journalistes, avides de se rincer l’oeil  d’en apprendre plus sur la maltraitance envers les malheureux palmipèdes. Une intervention qui a provoqué la cohue à l’assemblée (source : le figaro ), peu habituée à une telle influence, même lors de textes de lois anecdotiques comme la prolongation de l’état d’urgence ou les lois de finance.

Suite à une caméra cachée

Après une première attaque en décembre, le gavage des oies, revenu au cœur du débat suite à une caméra cachée (l’une des armes favorites des Vegans et/ou autres associations de protection animale) qui montrait des canetons femelles tuées dès leurs premiers jours. Une crime inacceptable pour certains. Une conséquence de l’épidémie de grippe aviaire qui a touché  le sud-ouest de la France depuis la fin novembre pour d’autres. Et pour moi un sujet qui m’en touche une sans faire bouger l’autre. Outre le procédé, discutable, et les échos reçus par la nouvelle dans les médias et sur les réseaux sociaux, disproportionnés, il s’agit d’une erreur manifeste d’interprétation. En France la filière de l’élevage de palmipèdes n’élimine plus les canetons femelles depuis dix ans, les producteurs vendant aux filières d’export pour 90 pour cent d’entre eux, notamment aux pays du Maghreb.

Mais devons réellement interdire le gavage des canards et des oies ? La question ne mérite même pas d’être posée, mais faisons le quand même en confrontant les arguments des deux camps.

Les arguments contre le gavage des oies et le foie gras:

  • les animaux  souffrent beaucoup
  • c’est inhumain de faire ça, vous imaginez si on vous le faisait à vous ? (Sur l’anthropomorphisme vide de sens et la maltraitance animale, voir l’intervention pleine de bon sens de Arnaud Daguin, chef cuisinier ici)
  • les foies sont des foies malades, atteints de cirrhose (et alors, la moitié du Pas-de-Calais aussi souffre de cirrhose et le vit très bien)
  • et  le meilleur pour la fin
Le meilleur argument contre le gavage des oies et le foie gras

Le meilleur argument contre le gavage des oies

 

Et de l’autre coté :

  • une tradition plurimillénaire: « la technique de gavage date du XXVe siècle av. J.-C., quand les Égyptiens de l’Antiquité ont commencé à gaver les oiseaux pour les engraisser, la consommation de foie gras proprement dit a été signalée pour la première fois dans la Rome antique. » (source wikipédia). Ou encore: « Le Foie Gras apparaît pour la première fois sur une table romaine au 1er siècle avant Jésus Christ, lors d’un fabuleux banquet rapporté par Horace. L’engouement des Romains pour le Foie engraissé aux figues est tel que, dès le 4e siècle, « ficatum » (« aux figues ») devient l’appellation pour le Foie de tous les animaux engraissés » (source)
  • la loi française « Le foie gras fait partie du patrimoine culturel et gastronomique protégé en France. On entend par foie gras, le foie d’un canard ou d’une oie spécialement engraissés par gavage ».
  • la France est le premier producteur mondial (avec 19 300 tonnes sur un total de 26 600 en 2014 selon le ministère de l’agriculture) et le premier consommateur  (18 600 tonnes en 2014). La filière représente 30 000 emplois et entretient 100 000 emplois indirects (coucou le chômage à 10.5%) et un solde du commerce extérieur positif de 57 millions d’euros (coucou la balance commerciale à -9.7 milliards) source
  • une minute de silence pour nos repas de fin d’année amputés du foie gras, ce produit d’exception.
  • selon une Enquête CIFOG/CSA 2014, 95% des Français consomment du foie gras. On est donc dans une situation ou 5% des gens veulent imposer leur lubie à l’ensemble de la population
  • si l’industrie du foie gras, comme très souvent l’industrie agroalimentaire, est critiquable, interdire le foie gras c’est surtout faire disparaître ces milliers de petits exploitants, dans le sud-ouest ou ailleurs qui vivent du foie gras et s’attachent à le produire dans le respect des traditions et des animaux (avec élevage en plein air, peu d’antibiotique et des éleveurs bienveillants: certainement de quoi rendre heureux un palmipède avant son passage sur le billot)
  • les Américains l’ont interdit : et ça, c’est une fucking bonne raison. Si le très protestant et très hypocrite plus grand pays du monde l’interdit, c’est surement le signe qu’on ne doit pas le faire. Comme pour l’alcool avec la prohibition (le même phénomène se produisant dans une moindre mesure avec le foie gras qui devient hyper tendance et hors de prix pour les amateurs entrés en résistance), la guerre en Irak, ou le gaz de schiste. Non vraiment, il vaut mieux ne pas toujours être d’accord avec eux.

Toujours contre le gavage ?

Si à la lecture de l’article, vous êtes toujours contre le gavage des oies (ou pour les seins de Pamela Anderson, et là je veux bien montrer un peu de bienveillance pour votre engagement libidineux), je ne peux plus rien pour vous. Je continuerai à m’en régaler et profiter du savoir-faire français et de ces délicieux foies atteints de cirrhose. Pour les indécis, je vous invite à continuer le foie gras en privilégiant les modes d’élevages et de production traditionnels et une consommation raisonnée.

Dans la même catégorie

Abstention aux législatives : le paravent de l’échec Au lendemain du premier tour des élections législatives, les hommes et commentateurs politiques se focalisent autant sur l'abstention que sur les résultats du vote. L'abstention devient le paravent de l'échec cuisant des partis traditionnels et ser...
Contravention de l’usage du cannabis : une demi-mesure Le gouvernement a annoncé dans un projet de loi que l'usage du cannabis serait bientôt puni d'une simple contravention. Un pas en avant louable bien que pudibond. Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré le 24 mai vouloir mettre e...
Fillon : Pénélope Gate, les privilèges des parlementaires Impossible d'être passé à côté de l'affaire Pénélope Fillon en ce début d'année électorale. Abus impardonnable et détournement d'argent public pour certains, assassinat politique pour d'autres, la Pénélope Gate doit nous pousser encore une fois à n...

Morel Le Rogue

Explorateur des bas-fonds des internets, des bars louches et des milieux interlopes. Contempteur de l'infinie bêtise humaine, je traque la mesquinerie et la médiocrité. J'écris donc principalement sur la #politique, mais aussi la #culture et la #société, pour déverser ma bile avec morgue.

Laisse ton commentaire ici