15 juil

Turner, histoire d’un génie reconnu tardivement

Joseph Mallord William Turner reste l’artiste inclassable du 19ème siècle. Peintre émérite qui consacre la lumière en pierre angulaire de ses toiles, il est aujourd’hui volontiers auréolé de clarté. Ce ne fut pourtant pas toujours le cas. Auparavant décrié, Turner prend désormais sa revanche. Et pourtant.

Entre voyages et éclairages – les uns n’allant pas sans les autres, les toiles de Turner reflètent paysages et natures, avec ce qu’il y a d’étincelant dans chaque ruisseau, chaque cascade, chaque raie de soleil qui abonde sur les verts des collines. Le style, proche de celui des peintres des 17ème et 18ème siècles, détonne toutefois quant aux couleurs utilisées. La représentation, peu réaliste, écrase l’œil du voyeur par le spectaculaire d’une luminosité souvent hors normes, parfois monstrueuse. Les œuvres, «littéraires», ont cela d’unique qu’elles montrent avec exactitude l’évocation ressentie lors d’une lecture descriptive. Bref, Turner détone autant qu’il fascine.

Incendie de la Chambre des Lords, 1835

L’incendie du Parlement, 16 oct. 1834 (1835) – Philadelphia Museum of Art

Son premier voyage à Venise le marque au fer rouge

La ville , comme un alter ego, est hors du temps, telle une parenthèse enchantée au milieu d’un monde morne aux couleurs affadies. Ici tient Turner tout entier ; dans l’ailleurs marginal qui surplombe le monde sans pourtant s’en affranchir.

Dolbadarn Castle: Colour Study 1798-9 by Joseph Mallord William Turner 1775-1851

Le château de Dolbarden, Crayon et aquarelle (1799) – Tate Gallery, Londres

Les critiques sont nombreuses et tombent comme autant de cascades peintes par l’artiste. Sommé d’être brouillon, excentrique ou complètement bête, il réplique par toujours plus de clarté, des avalanches de couleurs et une impertinence illustrée. « Des paillettes de savon et du lait de chaux », voilà à quoi ressemblent ses représentations selon l’un de ses détracteurs. Turner ne donne pour réponse qu’une réplique cinglante « à quoi croit-il que la mer ressemble ? Si encore il s’y était risqué » et riposte par toujours plus d’œuvres produites. Et si le jaune domine dans ses toiles, c’est qu’il donne à ses dessins une profondeur et un éclat tels qu’ils accrochent irrémédiablement l’œil du visiteur, amateur d’art ou non.

Turner, secret, ne peut qu’être le révélateur du mystère de la nature.

En 1840, il rencontre John Ruskin, critique d’art, admirateur de ses productions. Ce dernier l’accompagne vers une gloire effleurée de son vivant. Mais c’est après sa mort que Turner voit son génie éclater au grand jour. Il devient un inspirateur de renom et fait partie des cours d’art des plus grands. C’est finalement son extravagance et son usage tout particulier des couleurs qui le consacre en inimitable prodige.

William Turner 1815 Didon Construisant Carthage, ou la naissance de l'Empire Carthaginois

Didon construisant Carthage (la naissance de l’Empire Carthaginois) 1815 – National Gallery, Londres

Âme damnée, Joseph Mallord William Turner n’a de cesse de rappeler que l’indélicatesse, l’audace et l’indécence présumées ne sont que les prémices d’une supériorité visionnaire immuable.

Dans la même catégorie

Investir dans le Bitcoin, retour sur expérience Aujourd'hui ma méthode pour générer des bénéfices en spéculant sur le Bitcoin. Je vous explique quels outils j'utilise et quel est mon raisonnement sous-jacent. Cet article se base sur mon expérience personnelle en tant qu'investisseur dans le...
L’Irlande et l’affaire Apple L'Irlande a décidé de faire appel de la décision de Bruxelles de réclamer à Apple le remboursement de 13 milliards d'euros d'impôt impayés. Une situation qui ne peut que bien se finir pour le petit pays celtique : même s'il perd en appel, il récupè...
Marsault : ce que nous apprend la censure de sa page Facebook La page du dessinateur Marsault a été supprimée de Facebook suite à une campagne de signalements menée de front par différents groupements féministes ( la page Paye ta shnek notamment) et antiracistes. Une censure en bonne et due forme, révélatrice...

Rose

Ex Bonjour Madame 2015, fervente admiratrice de Charles Baudelaire et étudiante en économie à ses heures perdues.

Laisse ton commentaire ici